HuGo MoToR    Mes expositions d’artiste curator Paris France  Rose Is A Rose 2011-2012  

HuGo MoToR My Artwork for the Rose Is A Rose 2011-2012 Exhibition in Paris ©ADAGP


 

HuGo MoToR Rose Is A Rose 2011-2012 ©ADAGP


"Huit femmes, ordinaires et extraordinaires, aux histoires de vie très différentes, ont accepté de se mettre à nu et d’être représentées vêtues de sable et de barbelé. Dans cet acte de liberté, elles manifestent leur rejet de la violence dans le monde. Rose Is A Rose révèle la tendresse et la violence réunies dans nos vies. Les femmes, les formes douces des femmes, expriment la tendresse. Le barbelé matérialise les violences que nous subissons et celles que nous produisons." HuGo MoToR 2012


(JPG)
(JPG)

HuGo MoToR Rose Is A Rose 2011-2012 Élodie, Carol, Sylvie, Joana, Ruby, France, Catherine, Sandrine. © ADAGP


"Eight women, ordinary and extraordinary, with very different life histories, have agreed to lay bare and to be represented dressed in sand and barbed wire. In this act of freedom, they declare their rejection of violence in the world. Rose is A Rose reveals tenderness and violence in our lives together. Women, mild forms of women, express tenderness. The barbed wire materializes the violence we have and those that we produce." HuGo MoToR 2012


Trajectoire de vie des 8 femmes Rose Is A Rose Recueilli en 2012

Élodie DESPRES est née le 2 mai 1973 dans l’austérité et le silence de la Beauce. Elle grandit sur les chemins de campagne, au sein d’une famille de travailleurs rigoureux, communistes et marathoniens. Une note de douceur : le goût pour les disques et la peinture que lui transmet son père. Son adolescence au pensionnat de Chartres, en section Arts Plastiques, est vécue avec une joie sans précédent. Le monde s’ouvre. Elle escalade la cathédrale et décide, sans hésitation, qu’elle s’engagera sur le chemin de la philosophie. Durant ses études en Sorbonne, elle fonde « LE 1BIS », lieu de créations musicales, un atelier laboratoire où se mêlent peinture, pensée, instruments et fêtes. Un lieu de l’ouvert. En 2011, elle réalise avec Marcel Conche son premier film Le souffle des raisons, poème métaphysique dans lequel elle replace l’importance du corps dans la genèse des concepts. Sa vie se poursuit dans l’écriture et la musique, et au sein de la fabrique Xuly Bët. Elle prépare actuellement un long métrage sur le thème de la Parole.

Carol APLOGAN est née le 8 novembre 1970 dans le Nord-Est de la France d’un père métissé Béninois et d’une mère italienne. Deuxième d’une famille de trois enfants, elle a toujours préféré aux poupées les jeux d’aventure avec ses deux frères. Après deux années en Sciences Économiques elle décide de partir en stop traverser la France du Nord au Sud. Elle arrive un jour à Paris, chez son oncle musicien et sa tante peintre, pour y tenter quelque chose. Elle part ensuite rejoindre une troupe de danse internationale pendant quelques mois à Milan mais elle tombe gravement malade et décide d’écourter l’aventure. Son goût des voyages la pousse à entreprendre une formation spécialisée dans l’Aéronautique à Toulouse où elle obtient un diplôme pour le métier de navigant. Passionnée par la musique et le chant, elle suit des cours (Gospel, jazz vocal) et devient Auteure Interprète dans des groupes de Rhythm and Blues et d’Acid Jazz Funk. Sa rencontre avec Francesco Virgilio, compositeur, lui permet de s’investir davantage personnellement au sein du projet Electro Trip Hop mokroïé.

Sylvie PASTRE est née le 5 juillet 1963. Lyonnaise de naissance, elle s’installe à Paris à l’âge de 20 ans par amour pour le père de ses 3 filles : Loreleï aujourd’hui âgée de 27 ans, Luana, 17 ans, et Leeloo, 11 ans et demi. Attachée de presse dans le monde du luxe (mode, beauté, déco) durant de nombreuses années, enchaînant les voyages à travers le monde, elle décide de changer de vie à l’aube de ses 35 ans. Dès lors, elle devient une “nomade chic”, seule avec ses filles, et se lance dans le tourisme d’affaires événementiel. Elle organise pour ses clients (finance, assurances, BTP...) des concepts “incentive” partout dans le monde. En 2005, elle crée sa propre structure, recrute une équipe jeune et dynamique afin de signer ses réalisations et de positionner sa propre marque : Sobeincentive. Une belle aventure qui se poursuit, jalonnée d’un intérêt profond pour le monde artistique, indissociable, selon elle, du monde du voyage. « Dans la nature, ce sont les hommes qui décrètent de la beauté ou de la laideur. » Jean Arp.

Joana MORAIS est née le 3 mars 1986 d’un père portugais et d’une mère française. Elle passe une enfance heureuse dans le Sud de la France où elle grandit au bord de la mer. Après quelques années de révolte, elle décide à 16 ans de quitter sa famille pour vivre sa passion, l’Art floral. Elle fait ses études durant cinq années à Toulon puis à Cannes, où elle obtient une maitrise. Elle se passionne également pour la photo et commence ses premiers shooting amateur. Une grande rencontre amoureuse la décide à quitter le Sud pour venir s’installer à Paris. Elle tente de poursuivre parallèlement ses deux passions mais l’une devenant plus envahissante que l’autre, elle se décide à faire un choix. Elle entre en agence de mannequinat et enchaine les contrats. A ce jour, toujours mannequin, elle ne désespère pas de retrouver son métier de fleuriste dans les années à venir.

Ruby PARTOUCHE est née en 1962 dans une famille d’artistes, musiciens et danseurs. Bercée par les balancements du swing et les récits de voyages, Ruby développe sa personnalité et son parcours de danseuse à travers les nouveaux élans de sa génération. Après le conservatoire de danse classique, elle travaille la gestuelle et la maîtrise de l’expression corporelle auprès de disciples de maîtres incontestés de la danse moderne, comme Cunningham, Poppard ou Rusillo. Elle parfait sa formation polyvalente avec le danseur de Jazz Matt Mattox et après des années de tournées dans le monde, notamment avec Le Crazy Paris Show de Maca, elle décide de créer sa propre compagnie dans un style underground. Elle danse avec Prince sur le clip U Got the Look, de l’album Sign O’ the times. Avec la Ruby Dance Compagnie elle parcourt l’Europe. Aujourd’hui elle est toujours à la tête de sa compagnie, et revendique sa part de mystère et de fantaisie à travers ce qu’elle nomme sa mixité baroque.

France GUERIN est née le 13 juin 1960 à Paris. Elle grandit dans une famille de sept enfants où elle cherche au quotidien à se faire une place. Une enfance joyeuse, ponctuée de renvois, de changements d’école et de séjours en pensionnat, et deux passions, la gymnastique et l’équitation. Elle décide d’orienter ses études vers l’architecture puis les mathématiques et enfin la géographie humaine. Après une thèse de doctorat sur la croissance urbaine, elle est recrutée en 1990 comme chercheur à l’Institut national d’études démographiques. Elle participe à la mise en place de plusieurs enquêtes de population sur des sujets très variés : environnement, espace de vie, illettrisme, trajectoires de vie et identités, etc. Elle a écrit plusieurs ouvrages en lien avec ces thèmes. Aujourd’hui elle voyage à travers le monde et travaille plus spécifiquement sur les questions de catégories de populations pour lesquelles elle dénonce tout enfermement. L’assignation identitaire va à l’encontre de toute volonté de diversification de la société. « La diversité ne se dit pas, elle se vit. »

Catherine BERTRAND est née le 6 mai 1953 à Paris dans une famille bourgeoise du 7ème arrondissement, totalement dis-fonctionnelle et pathologique. Après une enfance difficile, elle quitte sa famille et part découvrir l’Amérique du Sud. Passionnée dans tout ce qu’elle entreprend, sa vie professionnelle oscille de l’univers de la mode et de la création (Maria Luisa), au monde associatif dans la lutte contre le sida (ARCAT Sida) puis à celui du design, où elle est pendant 10 ans l’assistante de Philippe Starck. Aujourd’hui, par atavisme, elle a repris le chemin des antiquaires et des beaux objets ! Dans ce parcours atypique, un fil conducteur : l’air du temps. Bousculée par la vie et la perte de son compagnon de 30 ans et père de sa fille de 27 ans, elle garde une soif de vivre qu’elle alimente régulièrement par des voyages et des escapades en Crête "son lieu de ressourcement". Elle a comme surnom affectueux, depuis de nombreuses années "Barbelé".

Sandrine BAHEUX est née le 18 novembre 1972 à Dugny. Elle a toujours vécu en banlieue, en Seine-Saint-Denis. Elle est fière de sa double origine, franco-portugaise. Sa grand-mère paternelle, Lucienne, généreuse, aimante, lui transmettra des valeurs simples, un savoir-être. Sa vocation d’infirmière, elle la doit à cette femme courageuse qui travaillait dans un grand hôpital, auprès des malades. Sandrine a fait sienne la formule de Louis Pasteur : "Je ne te demande pas quelle est ta race, ta nationalité ; ou ta religion mais quelle est ta souffrance." La souffrance, elle la côtoie au quotidien, au service des urgences de l’hôpital où elle travaille douze heures par jour. Mais Sandrine aime aussi la fête, les soirées entre amis où l’on refait le monde. Et Christophe, son homme. Elle s’évade, dès qu’elle le peut, en chassant de belles images, sur la toile. Sandrine aime la vie. Passionnément. Elle aura quarante ans, en novembre 2012.